Ensuite, c’est la guerre

Ensuite, c’est la guerre est un texte commandé à Zanzibar par Libération, qui l’a publié en janvier 2017, après l’avoir faussement attribué, en avoir coupé des morceaux et changé le titre, sans en parler à Zanzibar, qui n’a pas trop apprécié. En voici la version originale avec attribution d’auteur correcte.

30

Je prévois de quitter le labo tôt et de finir en route le boulot de l’année ; évidemment, j’embarque en catastrophe dans le dernier convoi. À Satory, je dois flasher deux fois mon grade pour qu’on me civilise un siège du compartiment militaire. J’installe mon bureau, commande une chicorée, essaie de me concentrer sur les zones de faible résistance du leak danois.

En fond d’écran, les datafileurs balancent les tendances de la Patrie. Avec les fêtes, sans surprise, le taux d’apaisement est à la hausse. Jacqueline de Clisson (44190) déclare qu’aucun acte de terreur n’est à craindre d’ici à Nouvel An. D’autres visages, d’autres opinions glissent. Dans les données surimprimées, je commence à intuiter la fissure structurelle qui permettra de craquer le code et de plier ce dossier avant le week-end.

Le convoi sort du tunnel, mes oreilles claquent. La Loire vient s’inscrire en long dans le hublot, noire et argent sous la lune. Les champs bâchés étincellent de givre. Les têtes des silos clignotent. Comme à chaque fois que je rentre, j’ai l’impression d’avoir embarqué pour un voyage dans le temps. Rien ne change plus lentement que nos campagnes.

La façon dont les algorithmes créent les tendances en agrégeant des données anonymes ressemble beaucoup aux schémas narratifs qu’imposaient les films à succès au début du siècle : les médias changent, les besoins restent les mêmes. Nous attendons toujours des informations qu’elles se conforment à nos préjugés.

Je retourne à mes cryptages. Ma concentration est en miette.

Lire la suite : Ensuite, c’est la guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *