Fictions – 1er round

Trois fictions écrites sous le nom de Zanzibar. Dans la première, on est avec des animaux. Dans la seconde, on rampe sous la surface. Dans la troisième, on visite une communauté alternative.

Ces fictions sont disponibles pour publication. Pour les lire et en discuter, envoyez un mail à: contact@zanzibar.zone

En attendant, en voici déjà les introductions !

L’orang-outan empaillé pourrit dans la cabane de la vieille mère. La couture en Y qui lui fermait le torse s’est débinée point à point et la bourre bave par les fissures : une paille vieille, presque noire et inodore, qui n’attire plus que moucherons et fongus. L’œil unique de verre orange glisse doucement hors de l’orbite. Ce n’est plus une statue, ni une sculpture, mais un cadavre à nouveau, deux siècles et demi après sa mort, hybridé de toutes sortes de produits artificiels qui, eux aussi, finiront par se déliter et se mêler au sol. Simet écoute Ama’mam qui ne dit rien. La mère, de temps en temps, touche le bras rigide du singe pour le caresser à rebrousse-poil. De toutes petites poussières s’élèvent et tourbillonnent.

Ecouter plus fort



La nuit s’achève. J’ai bien dormi. Aucun hurlement, sur aucune fréquence. Je tourne encore le dos aux étoiles. Sur ma peau, le lent réchauffement du sol, zébré de larves et de lombrics, écran vivace camouflant ma présence dans la terre du sous-bois. Paupières closes. J’écoute les grincements sourds, contre ma joue, de l’if qui me couvre, des feuilles insouciantes jusqu’aux racines. Leur cadence, leur amplitude, me confie qu’il va faire beau, à la surface, qu’un vent léger brasse les cimes et que l’ennemi n’est pas là. Tout va bien. Ŝirmi m’a appris à m’en satisfaire. J’ai encore plusieurs minutes avant de bouger.

Pourquoi nous rampons sous la peau du monde

 

La fille entre dans le bar, consulte son cell, rit toute seule. Elle est petite, les cheveux très courts décolorés, Carlo la repère tout de suite, il a l’œil pour les nouveaux venus. A mieux regarder, dire la fille est un peu exagéré. Elle s’habille jeune, mais son visage et ses yeux trahissent son âge.
« Excusez-moi, je suis en retard, je n’ai pas pu vous appeler, et puis ce n’est pas triste de se garer dans le quartier. Finalement je suis venue toute seule, mon collègue arrivera plus tard… peut-être. S’il arrive à poser la voiture à un endroit où on ne nous la démolira pas. Sale quartier. Donc, c’est ça, le Posilippo ? »

Pausilippe

Laisser un commentaire